Open World

Le Blog de Nadia BETTAR

Archive pour octobre, 2006

Brave hearts… Episode 4… Brave Hearts

Posté : 9 octobre, 2006 @ 10:50 dans Brave hearts, Maroc de tous les jours, Tabou!! | 37 commentaires »

Bannie pour avoir commis le plus noble des crimes, Sophia s’accoutumait à son exile; entre ses tâches ménagères et réprimandes de « Lalthoum » lui rappelant constamment que c’est le sort de toute mauvaise fille (Machi bent darhoum), qu’elle l’a bien cherché et que c’est la honte qu’elle porte en elle. Mais un petit coup de ce que tout le monde appelait Déshonneur suffisait pour lui redonner courage d’aller jusqu’au bout et volonté de survivre. Elle l’adorait et s’impatientait de plus en plus de le prendre dans ses bras, elle apprit à communiquer avec lui à travers ses caresses et chants, à le comprendre… Dans ses petits rêves, la petite adolescente se voyait maman épanouie, elle voyait son bébé grandir, elle se construisait une famille chimérique… dans un petit monde… chimérique.
Quelque part au début de son neuvième mois, contractions et mouvements du fœtus se multiplièrent. Sofia accoucha une semaine plus tard, assistée par Lalthoum… seule.

A sa nouvelle maison, le foyer, la petite Hafida vit les dernières semaines de se grossesse. Elle bénéficia d’une assistance psychologique et fut intégrée dans un cours de broderie. Elle partageait le foyer avec une vingtaine d’autres futures et nouvelles mamans célibataires, la plupart étaient des victimes de viols de pères, de frères, d’oncles, de professeurs, de patrons, de fausses promesses, d’excès de confiance… ou simplement d’ignorance. Il y avait mineurs et adultes, des filles de villages, de bidons villes et de villes, instruites et analphabètes… et aussi des attardées mentales. Dans cette atmosphère, Hafida trouva pansement à ses blessures et rassurance à ses appréhensions. Elle soutenait les autres et apprenait à aimer ce qui se développait dans son ventre. Un mois et demi plus tard, Hafida accoucha par césarienne à l’hopital de la ville…

Leila vécurent amèrement ses premiers mois de grossesses ; regards indignant des voisins et collègues, les déceptions des, jadis, meilleurs amis ouverts, absence totale de ses parents, injures du reste de la famille… et absence d’un homme aimant pour partager son impatience, pour peupler son attente, pour rassurer la femme et chouchouter la futur maman en elle…
Lors de son sixième mois, Leila entendu la rumeur de son licenciement vue la mauvaise réputation qu’elle risquait de causer à la société et son influence sur les clients. Quelques jours plus tard elle reçu une proposition de démissionner… autrement dit ; une menace de licenciement. Il ne lui fallu pas plus d’une demi heure chez un avocat pour comprendre qu’aucune lois marocaine ne la protégeait et que reclamer ses droits était au prix de sa liberté. Il ne lui fallu pas plus d’une semaine pour se retrouver à l’autre bout du monde, en Floride aux Etats-Unis, c’est un ancien combattant de sa classe d’expertise en comptabilité en France qui lui tendit enfin la main. Elle accoucha en sa neuvième semaine en Floride…

TO BE CONTINUED …

BETTAR NADIA

 

Amitié |
Enfance Solidaire |
WONDER BOY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le coin des amis
| mon nounours d'amour
| peintures et décors